La Société Française des Équidés de Travail

Valorisation des équidés
©Philippe Rocher

La Société Française des Équidés de Travail, fondée en 2012, est la société-mère des chevaux de trait, des chevaux et poneys de territoire, des ânes et des mulets de races françaises. Ses missions consistent à encourager l’élevage, et à favoriser la formation, la valorisation des équidés de travail. Elle rassemble 26 races françaises de chevaux, poneys, ânes et mulets, au sein desquelles sont représentés éleveurs et utilisateurs. ­

Elle rassemble 26 races françaises de chevaux, poneys, ânes et mulets

Quelques chiffres

En 2022, la SFET se donne pour mission prioritaire de repositionner les équidés au cœur de la société française. Véritables atouts majeurs pour notre pays, ils occupent une place prépondérante dans l’évolution positive de notre système économique et social. La SFET veut mettre à profit sa capacité à rassembler Hommes et animaux, et mobiliser différentes communautés pour améliorer la vie de chacun et relever ensemble les défis sociaux, économiques et environnementaux français. 

©Éric Rousseaux

Le cheval, (…), préserve l’environnement dans lequel il exerce ­

Les équidés ont depuis toujours un impact environnemental positif. Ils permettent de limiter la consommation d’énergies fossiles et la production de gaz à effet de serre. La SFET accompagne professionnels et équidés dans le cadre de leurs activités : maraîchage, viticulture, entretien des espaces, collecte de déchets, transport de personnes, production de lait, tourisme, portage et randonnée… Le cheval, l’âne ou la mule, qui ont pour vocation d’évoluer dans la nature, préservent l’environnement dans lequel ils exercent, à l’inverse des machines qui parfois détériorent l’écosystème. Les équidés interviennent dans des zones protégées, à la biodiversité fragile, telles que le Marais Poitevin, les Landes, le Massif Central, les littoraux… 

La SFET organise un parcours de contrôle de performance appelé Parcours d’Excellence du Jeune Équidé de Travail (PEJET), agréé par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Ce circuit sert notamment de support à la sélection zootechnique des chevaux de trait, des ânes et des chevaux et poneys de territoire. Les épreuves du PEJET participent à la formation et à la mise en valeur des équidés sur le marché, tout en les préservant d’une utilisation abusive ou inadaptée à leurs capacités.

Découvrir le PEJET

De plus, la SFET s’assure de la reconnaissance et de la valorisation des équidés dans l’agriculture française et plus largement dans la société. Dans ce sens, deux écoles ont été créées par la SFET, en partenariat avec l’Institut Français du Cheval et de l’Équitation (IFCE), pour former et valoriser les animaux et leurs meneurs : l’École Nationale des Ânes Maraîchers, fondée en 2013, et l’École Nationale du Cheval Vigneron, créée en 2019. Ces deux écoles participent ainsi à la sauvegarde et au développement des équidés de travail, en certifiant leurs compétences et en s’assurant des bonnes pratiques auprès des élèves.

En savoir plus sur l’École Nationale des Ânes Maraîchers

En savoir plus sur l’École Nationale du Cheval Vigneron

Les épreuves du PEJET participent à la formation et à la mise en valeur des équidés sur le marché

©Jean-Léo Dugast

Enfin, la SFET, en tant que société-mère, fédère des associations nationales de races. Elle s’érige comme un porte-parole d’une filière de passionnés, qui cherchent à recréer ce lien historique entre l’Homme et l’animal. À travers les différentes activités dans lesquelles exercent les équidés, que ce soit dans les centres-villes ou à la campagne, auprès des plus jeunes ou de nos aînés, quel que soit le statut social, les animaux possèdent ce don de fédérer. Et la SFET fait de leur bien-être une priorité.